Chapitre trois : Au service du peuple

La revue mondiale du lieutenant-général Micah Rogers sur les installations du tout nouveau système de police TemperNet (SPT) avait reçu pour nom de code OPERATION MARTEAU. Pour les nombreux gouvernements qui avaient subventionné cette initiative de défense, cette visite était une nuisance inévitable. Pour le reste du monde, cette inspection était “la grande tournée générale de 2054”.

Les ordres de Rogers étaient simples : déterminer les capacités des unités SPT, analyser leur mode de déploiement, découvrir leur source d’énergie et évaluer leur potentiel comme force de police urbaine. Pour autant que les militaires pouvaient en juger, le SPT serait déployé en priorité dans les pays au plus fort pourcentage de mutants.

En fait, contrairement à ce que leurs chargés de communication laissaient paraître, les militaires étaient très inquiets à propos du déploiement du SPT. Les gouvernements avaient commencé à utiliser les robots SPT, puissants, bien armés et extrêmement efficaces, sans attendre l’accord des militaires. En règle générale, ces derniers ne s’intéressaient que très peu aux problèmes de sécurité intérieure. Mais le fait que l’intelligence artificielle qui constituait cette force paramilitaire avait été développée pendant plus de vingt ans dans des laboratoires industriels gouvernementaux secrets et que ces robots SPT allaient être déployés pour des tâches de police, rendait légitime l’inquiétude des militaires.

Au cours de sa tournée, Rogers et son équipe se rendirent vite compte que les déploiements du SPT coïncidaient avec l’ouverture d’immenses camps de concentration pour mutants. Les robots SPT y servaient de garde, mais cette surveillance ne se limitait pas aux mutants. En effet, d’autres centres de population devaient recevoir des contingents de robots SPT, pour le maintien de l’ordre. Les gouvernements pensaient que l’existence d’une police permanente et incorruptible rassurerait les populations… L’efficacité des robots SPT n’était pas limitée à la chose militaire…

Encore plus perturbant pour les militaires, Rogers n’avait pas accès aux usines de construction des robots SPT, ni à leurs spécifications techniques. L’étude à distance d’exemplaires de service ne donnait aucun résultat, il était impossible de les voir en action et même leurs systèmes d’armement restaient un complet mystère. Au final, l’Opération Marteau avait soulevé plus de questions que de réponses… Les requêtes officielles de Rogers restant sans réponses, les militaires commencèrent à considérer l’Opération toute entière comme une énorme perte de temps et de moyens… Mais Rogers continuait à enquêter de son côté...

La situation mondiale empirait, le problème mutant monopolisait les canaux d’information mondiaux. Les troubles sociaux augmentaient parallèlement au marasme économique. Les gouvernements avaient décidé de déployer le SPT sur l’ensemble des régions lorsqu’un incident interstellaire attira l’attention des militaires : un vaisseau éclaireur extraterrestre avait été abattu.

2063 s’annonçait comme une année cruciale : des figures religieuses d’importance s’étaient mises à prêcher ouvertement contre les mutants. La consommation de combustibles fossiles avait atteint son maximum et des pénuries s’annonçaient. Les Déploiements du SPT s’effectuaient globalement assez bien, mais les doutes des militaires, accentués par la pression continue du désormais général Rogers et leurs propres découvertes sur le vaisseau extraterrestre, persistaient. Rogers fit une requête officielle, plus proche d’un ordre que d’une demande, d’ailleurs, pour obtenir les spécifications techniques des robots SPT. Les gouvernements refusèrent.

Loin de s’avouer vaincu, Rogers employa tous les moyens à sa disposition pour récupérer ces informations : opérations secrètes, guerre électronique, graissage de pattes, etc. Mais il obtint enfin des résultats : les robots SPT utilisaient une technologie extraterrestre, dont le développement avait commencé bien avant la capture du vaisseau de reconnaissance par les militaires.

Rogers cherchait toujours que faire de telles informations quand les mutants passèrent à l’action. En 2064, ils initièrent une attaque coordonnée contre les “"humains purs et leurs esclaves SPT"”, une série d’assauts sur des bases militaires secrètes pour y voler les armes entreposées. Ils y trouvèrent bien plus que prévu : armes concrètes, mais aussi projets en cours, le vaisseau extraterrestre et la vérité sur les robots SPT…

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Auto Assault ?

39 aiment, 26 pas.
Note moyenne : (65 évaluations | 1 critique)
5,0 / 10 - Moyen